Accueil » ENTREPRENEURIAT

ENTREPRENEURIAT

Cybersécurité : Les six risques principaux auxquels les petites entreprises sont exposées

Partager...

Toute entreprise peut être exposée aux cyberattaques. Cependant, en matière de cybersécurité, les petites entreprises présentent plusieurs risques qu’il est important d’identifier pour y remédier.

Tout comme il y a deux côtés à chaque médaille, il y a également deux côtés à la médaille de la technologie. Ce secteur a transformé et continue de changer le quotidien de plusieurs milliards d’individus, simplifiant les activités humaines en permettant d’en faire davantage avec moins de temps et d’efforts. Tous les aspects de la société ont été numérisés, des plus subtils (comme les tâches ménagères) aux applications technologiques les plus complexes.

Cependant, tout n’est pas si rose et bienveillant de l’autre côté de la médaille, car une minorité d’individus s’est malheureusement fait un devoir d’utiliser la technologie pour de mauvaises raisons. Les hackers sont les Freddy Krueger des temps modernes dans le monde des entreprises. Alors, comment éviter de fermer les yeux et de se retrouver piégé en plein cauchemar ?

Une corde raide

Les hackers sont comme des lions rugissants qui rôdent constamment à la recherche d’entreprises qui tomberont dans leur piège. Aucune entreprise n’est à l’abri de l’emprise de ces sombres acteurs, car elles sont toutes exposées aux cybermenaces.

La cybersécurité est une problématique croissante pour les entreprises du monde entier, car de plus en plus d’attaques sont menées par des criminels qui ciblent les entreprises pour leurs précieuses informations, qui peuvent ensuite être vendues sur le marché noir. Les grandes organisations, tout comme les petites entreprises, sont sur une corde raide, car ces hackers ne font aucune impasse. La menace des cyberattaques contre les entreprises a pris une nouvelle tournure depuis la pandémie. En effet, un plus grand nombre d’entreprises sont devenues vulnérables aux cyberattaques en raison de l’augmentation des opérations en ligne avec le confinement.

La cybercriminalité a augmenté de 600 % avec la pandémie, et l’une des attaques les plus marquantes a été celle contre le géant des réseaux sociaux Twitter en 2020 : 130 comptes compromis, dont ceux d’Elon Musk et de Barack Obama. Toujours en 2020, une brèche dans le système de la chaîne hôtelière Marriott a conduit à l’altération des données de plus de 300 millions de clients.

Les petites entreprises ne sont pas à l’abri, bien au contraire, elles sont plus vulnérables aux attaques. Souvent, ces entreprises ne disposent pas des défenses technologiques nécessaires pour parer aux attaques et encore moins des ressources nécessaires pour investir massivement dans la cybersécurité. Cependant, l’adjectif « petite » n’est pas synonyme de manque de moyens financiers ou de ressources dans les affaires. Il y a de fortes chances que certaines petites entreprises gèrent d’importantes sommes d’argent ou disposent d’un grand nombre de données clients. Comme 43 % des petites entreprises ne disposent d’aucun plan de défense en matière de cybersécurité, il n’est pas surprenant qu’elles soient une cible lucrative pour les hackers.

Quels risques en matière de cybersécurité pour les petites entreprises ?

Les petites entreprises sont confrontées à des risques en matière de cybersécurité non seulement de la part des cybercriminels, mais également de la part de leurs propres employés. Voici les six risques principaux auxquels les petites entreprises sont exposées.

  1. Ransomware (ou rançongiciel). Les attaques par ransomware font partie des menaces en matière de cybersécurité les plus répandues auxquelles les petites sont confrontées actuellement. Ces attaques consistent à crypter les données d’une entreprise et à les garder en otage jusqu’à paiement d’une rançon. Selon les résultats d’une étude48 % des pièces jointes de courriels malveillants sont des fichiers Microsoft Office, et le coût moyen d’une attaque par ransomware contre une entreprise est de 133 000 dollars. Les entreprises paient souvent ces rançons, car elles n’ont ni le temps ni les ressources nécessaires pour se remettre d’une telle attaque.
  2. Phishing (ou hameçonnage). Le phishing est la cybermenace la plus importante et la plus populaire à laquelle les entreprises sont confrontées. Ces escroqueries consistent à inciter un utilisateur à fournir ses informations personnelles en envoyant un courriel qui semble provenir d’une source ou d’un site internet fiable. Les entreprises ne sont pas à l’abri de ces escroqueries. Lors d’une cyberattaque, des hackers ont accédé à des informations sensibles concernant plus de 20 000 employés d’une agence fédérale américaine en se faisant passer pour des cadres de l’entreprise et en envoyant un courriel avec un malware.
  3. Malware (ou logiciel malveillant). Les malwares sont une méthode d’attaque relativement simple, et les petites entreprises doivent s’en protéger. Ils s’infiltrent dans un ordinateur par le biais d’une pièce jointe à un courriel ou d’une autre faille, puis s’exécutent à l’insu de l’utilisateur. Une fois à l’intérieur de l’ordinateur, le malware peut causer des ravages sur les fichiers numériques en modifiant les paramètres et les autorisations, en bloquant l’exécution de programmes spécifiques et en espionnant l’activité de l’utilisateur. Les malwares sont également fréquents sur les réseaux Wi-Fi publics, où les utilisateurs risquent de voir leurs appareils compromis s’ils visitent un site internet infecté ou s’ils naviguent simplement sur la mauvaise page.
  4. Ingénierie sociale. L’ingénierie sociale consiste pour les hackers à inciter les particuliers à donner des informations sensibles par divers moyens, comme se faire passer pour quelqu’un d’autre ou pour un représentant d’une entreprise. Avec l’augmentation de la popularité des réseaux sociaux, l’ingénierie sociale est devenue endémique, et les messages envoyés sur ces plateformes peuvent contenir des malwares qui peuvent voler les informations personnelles d’un utilisateur.
  5. Vol de données. L’une des principales préoccupations des petites entreprises est le vol de données. Cela peut se produire lorsque les hackers s’emparent des informations personnelles des employés par la ruse ou par des pratiques malhonnêtes. En accédant au compte de messagerie d’un employé, les hackers peuvent facilement propager des attaques de type ransomware, phishing ou pharming au sein du réseau d’une entreprise.
  6. Menaces internes. Les employés d’une entreprise représentent une menace importante pour la sécurité des entreprises de toutes tailles. Ils laissent les données sur des clés USB, facilitent l’accès aux fichiers de l’entreprise en utilisant le même mot de passe sur les comptes personnels et professionnels, et se laissent prendre au piège du phishing qui les incite à fournir leurs identifiants de connexion. Plusieurs études ont montré que 95 % des violations de la cybersécurité sont dues à une erreur humaine.

Conclusion

Mieux vaut prévenir que guérir, et en matière de cybersécurité, vous avez plus de chances de prévenir les attaques en mettant en place des mesures. La meilleure façon pour les petites entreprises de se protéger contre la cybercriminalité et d’instaurer un plan de sécurité complet, qui comprend la prévention des pertes de données, la mise en place d’un plan de réponse aux incidents, l’examen des privilèges d’accès du personnel et la formation des employés aux bonnes pratiques en matière de cybersécurité.

Source: forbes.fr


Partager...

Nawaari permet aux entreprises de trouver des freelances en Afrique pour des projets dans le digital

Partager...

Le développement du digital en Afrique va de pair avec le besoin en ressources humaines qualifiées pour offrir des services de qualité. Toutefois, trouver les bonnes personnes n’est pas toujours évident pour les entreprises. Nawaari contribue à trouver relever ce défi. 

Nawaari est une entreprise fondée par la guinéenne Aïssatou Baldé, en 2020. À travers sa plateforme, elle relie des personnes en Afrique qui sont dotées de compétences dans le numérique, à des potentiels demandeurs de ces services dans le monde entier.  L’idée de mettre un tel projet en place est partie d’une expérience lors des missions qu’elle a effectuées dans certains pays du continent. 

Après l’obtention de son diplôme en Europe, elle est devenue consultante en communication et se chargeait d’accompagner des entreprises qui désiraient mener des projets en Afrique.  Mais elle se heurtait à chaque fois à la difficulté de trouver des personnes qualifiées pour effectuer certains travaux, d’où la création de cette start-up. « J’avais du mal à trouver ces professionnels, les talents étaient là mais il n’existait pas cette plateforme qui permet de les référencer par pays, par tarif, par métier », affirme-t-elle. 

Les entreprises une fois sur la plateforme de Nawaari, font leur choix parmi les professionnels inscrits. On peut y retrouver des graphistes, des community managers, des développeurs, et plusieurs autres compétences du secteur des services digitaux. Pour être éligible à une inscription sur la plateforme, le freelance doit cumuler 3 ans d’expériences dans son métier et être en mesure de travailler depuis chez lui, tout en répondant aux attentes de celui qui sollicite ses services. 

« Nous promettons à nos clients de travailler avec les meilleurs talents d’Afrique. À cet effet, nous avons mis en place un processus de recrutement en quatre étapes qui passe par la vérification de l’identité, l’envoi d’un CV, et un entretien individuel parce qu’on sait que les freelances doivent être capables de faire preuve de proactivité et de rigueur. » ajoute-elle.

Nawaari se voit comme un pont entre le concepteur et l’entreprise. Une fois que le client a choisi le service qu’il désire sur le site, il effectue le paiement auprès de la plateforme, et cette dernière se charge de payer le freelance sous 48 h, quand le rendu final du travail a été livré. Le véritable défi rencontré depuis la création de l’entreprise se retrouve au niveau des autorisations qui varient d’un pays à un autre.

« Le modèle de freelance est encore peu répandu en Afrique. Il est apparenté au secteur informel, donc l’adoption d’une légalisation autour du statut de freelance dans les pays africains pour lesquels cela n’existe pas encore contribuerait au développement de cette pratique » explique la fondatrice de Nawaari. 

Aujourd’hui Nawaari revendique plus de 700 professionnels disponibles sur la plateforme. Elle indique aussi avoir des partenariats avec des sociétés en Guinée, au Bénin, au Cameroun, en Côte-d’Ivoire, et au Sénégal. Pour développer les compétences des jeunes qui désiraient travailler en freelance, Nawaari ambitionne de démarrer en 2022, une première formation baptisée « Devenir Freelance ». « Cette formation sera dédiée à tous les jeunes Africains qui souhaitent s’insérer par le Freelancing et qui sera disponible en ligne d’ici quelques mois », a fait savoir Aïssatou Baldé. 

Le développement des services numériques en Afrique subsaharienne va de pair avec une demande en main d’œuvre qualifiée dans tous les segments de la chaîne des valeurs du secteur. Selon les données de la plateforme d’information Statista, les besoins de compétences dans le digital sont de 58 millions, rien que pour le Nigéria, le Kenya, la Côte d’Ivoire, le Mozambique et le Rwanda.

Source: Agence Ecofin


Partager...

5 BUSINESS en ligne à faire en Afrique

Partager...

Avec les médias et l’internet, « le monde est devenu un village planétaire » disait Marshall Mc Luhan . Nous ne pouvons plus aujourd’hui  ignorer l’existence des autres  car il est possible de les contacter en temps réel.  Mieux, grâce aux nouvelles technologies de l’information et de la communication, une nouvelle forme de business dénommée e-business a vu le jour et  qui permet de faire des affaires à travers le monde sans pour autant quitter son domicile.

A tous ceux qui peinent à trouver du boulot, sachez qu’il existe plusieurs opportunités qui vous permettront de  gagner légalement votre argent en ligne mais aussi  de devenir votre propre patron. Les seules exigences sont : avoir un pc ou smartphone et une connexion Internet.

Sur ce, je vous laisse découvrir 5 petits business que vous pouvez faire en ligne sans revenus conséquents et sans quitter votre maison. N’est-elle pas belle la vie ?

1. Devenir Community Manager

L ’animation de communauté est en ce moment, l’ un des métiers du digital les plus prisés par les jeunes. Si vous avez le sens de l’écriture, des notions en infographie et une bonne connaissance des réseaux sociaux, alors ce métier est vraiment fait pour vous. Beaucoup d’entreprises ou de personnalités influentes n’ont pas assez de temps pour gérer leurs pages, pourquoi ne pas les approcher et leur proposer vos services en la matière. Croyez moi, ils en seront ravis et vous pouvez vous faire un salaire mensuel si vous êtes bien organisé.

2. Faire du Marketing d’influence

Vous conviendrez bien avec moi que les influenceurs jouent un rôle crucial dans la publicité des marques. Si vous avez vos propres pages de réseaux sociaux que vous animez régulièrement en donnant des conseils dans un domaine particulier et que vous avez des  millions d’abonnés qui vous suivent avec intérêt tous les jours alors profitez de cette aubaine pour  gagner de l’argent. Les sociétés ou entreprises peuvent vous contacter pour parler d’elles à votre audience et aussi pour poster de la publicité sur votre page. Cela peut vous rapporter gros si vous vous y prenez bien. Plus votre audience sera grande, plus vous gagnerez de l’argent.

3. Créer un groupe sur les réseaux sociaux

L’ idée donc, c’est de créer un groupe sur un domaine particulier sur les réseaux sociaux et d’inviter des personnes à vous rejoindre. Mais Pas n’importe qui !!! Il faudrait que ça soit votre niche. Le principe est en effet simple. Postez régulièrement des images, articles ou vidéos relativement à ce domaine, entretenez votre audience. Si elle est satisfaite, vous verrez qu’au bout d’un moment, des entreprises vont vouloir payer pour que vous publiez un article ou pour une publicité dans le groupe. Ce qui va le rendre rentable pour vous.

4. Créer son blog

Vous avez une passion à transmettre au monde entier et en même temps le goût de l’écriture alors optez pour la création d’un blog. C’est également un moyen sûr de gagner de l’argent en ligne. Il vous suffit d’avoir votre propre site avec un nom de domaine. Ce n’est pas très cher. Contactez nous en cas de besoin. Nous avons toute l’expertise nécessaire dans ce domaine. Vous pouvez commencer en faisant de votre blog un passe temps puis développer petit à petit votre activité. Au-delà de 150 articles environ, il est possible de générer des revenus grâce à son blog (publicité, articles sponsorisés, prestations payantes…).

5. Devenir coach

Vous avez toujours été celui qui aime donner des conseils et aider les autres aussi bien en Famille qu’avec vos amis, vous avez le sens de l’écoute et la rhétorique, vous avez des connaissances dans un domaine particulier et avez envie d’aider les autres à développer leur potentiel alors songer à vendre vos services en tant que coach.

On distingue différents types de coaching : individuel et en groupe.

Vous pouvez utiliser les plateformes gratuites en ligne pour organiser des rdv avec vos clients.

Sachez qu’ Il n’y a de frontières avec les réseaux sociaux. Vous pouvez les utiliser à bon escient et vous faire de l’argent au lieu de dépenser vos mégas pour rien. Pensez y. Chaque minute compte, ne gaspillez pas vos sous sans aucun retour. Vous avez une famille à nourrir pas des gens à impressionner.

J’espère que ces 5 idées vous aurez inspiré. Le plus important, c’est de pouvoir commencer avec le peu que vous avez. Comme le dit si bien un adage, «  Commencez petit mais surtout rêvez grand ».


Partager...
Ouvrir une discution
1
Besoin d'aide?
Salut
Pouvons - nous vous aider?
    Vous avez besoin d'une agence ?

Cliquez pour appeler

This is default text for notification bar
Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
J'accepte
je ne suis pas d'accord