Accueil » COMMUNICATION

COMMUNICATION

Métavers : un défi aussi pour les PME

Partager...

Si vous n’avez jamais entendu parler du métavers, c’est que vous vivez sur une autre planète ou que vous étiez en vacances ces derniers mois sur une île déserte.

Fin octobre, en annonçant la transformation de Facebook en Meta, Mark Zuckerberg a mis la lumière cet univers virtuel, déjà bien connu des spécialistes.

Depuis, tout le monde affirme vouloir s’y développer, des grands acteurs du luxe (Louis Vuitton, Fendi, Dolce & Gabbana, Gucci, Ralph Lauren, Burberry, Prada, Balenciaga…), de la communication (Publicis, Havas…), des technologies et des télécoms (Google, Samsung…) et même de l’automobile comme Hyundai ou du conseil comme Accenture.

Personne ne sait encore si le métavers va finir par faire « pschitt » comme le disait un ancien Président de la République et vivre le parcours d’un Second Life, hier monde vedette, aujourd’hui presque totalement oublié, ou si le développement de la réalité virtuelle, des NFT, les « not fungible tokens » qui vous rendent propriétaire d’un bien purement digital, de la Blockchain, va s’imposer partout, notamment chez les jeunes générations et devenir un monde aussi prégnant pour eux que le monde réel l’est aujourd’hui pour les « Boomers » (la génération du baby-boom, tellement moquée par nos adolescents).

Ce type de situation est toujours inconfortable. Consacrer du temps, de l’énergie et de l’argent à une tendance dont on ne sait in fine si elle va prendre, c’est faire un pari. Les Anglo-saxons parlent du phénomène FMO, « Fear of Missing Out », peur de passer à côté de quelque chose, tel un Kodak resté concentré sur l’argentique et qui passe à côté des premiers signes de l’essor de la photographie numérique.

Mais les exemples abondent aussi d’investissements perdus à poursuivre des chimères parce qu’elles étaient un temps à la mode.

Qui vivra verra. Cependant, le devoir d’un chef d’entreprise étant d’anticiper et de tenter de ne se fermer aucune porte, nous pouvons faire ce constat : pour l’instant, le monde des PME, particulièrement en régions, passe complètement à côté du phénomène. Trop loin, pas assez concret, dira-t-on. Peut-être. Mais s’il devient incontournable, rattraper le retard initial sera compliqué pour les entreprises de moyenne taille.

D’où cette question simple : que peuvent faire les PME dans le métavers ? Comment y être présent, comment en profiter, comment s’y développer ? Les phrases de Mark Zuckerberg résonnent alors à nos oreilles : « le métavers sera une plateforme immersive où vous pourrez presque tout faire : vous réunir avec vos amis, votre famille, travailler, étudier, jouer, créer… On pourra se sentir en présence des autres, malgré la distance. En réunion, vous aurez l’impression de partager un espace, d’échanger de vrais regards et non pas juste de fixer des visages sur un écran. Ce qui déverrouillera plein de nouvelles expériences ».

L’avantage de cet univers virtuel, c’est qu’il gomme les limites et les frontières. A cet égard, être de taille moyenne ou petite peut être un inconvénient dans le monde physique. Il l’est beaucoup moins dans un univers digital. Produits, services, solutions peuvent prendre une nouvelle dimension dans le métavers – même si à la fin, il faudra bien fournir une prestation concrète.

Ce nouveau monde peut aussi prendre une importance majeure dans le secteur des ressources humaines, surtout après cette crise sanitaire qui a vu se développer fortement le télétravail. Avec le métavers, les expériences collaboratives à distance peuvent être totalement transformées – et améliorées, par rapport à nos visioconférences à rallonge et à répétition que nous connaissons depuis deux ans.

Si le métavers peut offrir des opportunités, il présente aussi des risques. Qu’arrivera-t-il aux réfractaires aux nouvelles technologies, à ceux qui ne veulent ou ne peuvent s’adapter aux outils de la réalité virtuelle, que ce soit dans leur vie personnelle ou professionnelle ? Quel serait ce monde où cohabiterait un monde réel avec ses contraintes et un monde virtuel de tous les possibles, fantasmés ou non ? Que dire à une femme ou à un homme plus heureux dans le métavers que dans son existence réelle ?
La solution idéale serait d’être capable de combiner ces deux mondes, d’organiser les passerelles entre eux, de créer un univers augmenté mariant réel et virtuel en gardant le meilleur des deux.

Rien ne dit que nous y parviendrons. Mais dans ces interrogations et cette quête, les PME doivent trouver leur place. Elles ont mis des années à acquérir leur légitimité et même leur respectabilité. Elles sont aujourd’hui considérées comme un des piliers de notre économie et de nos emplois. Elles doivent rester attentives à l’heure où le métavers dessine les perspectives d’une nouvelle dimension.

Source: forbes.fr


Partager...

Twitter annonce sa nouvelle politique pour lutter contre la désinformation

Partager...

Cette nouvelle politique vise à informer les utilisateurs des fausses informations qui peuvent être postées en temps de crise.

Twitter a présenté le 19 mai sa nouvelle politique en matière de désinformation en temps de crise. Désormais, le réseau social pourra afficher des avertissements sur certains tweets jugés trompeurs. Il commencera à analyser les messages portant sur la guerre en Ukraine puis s’élargira à d’autres sujets.

Twitter s’engage contre la désinformation

Cette nouvelle politique révélée par Twitter a pour objectif d’endiguer la diffusion de fausses informations. Le réseau ne veut pas blesser davantage les communautés déjà vulnérables. Il souhaite aussi préserver la confiance envers les institutions qui luttent contre le partage d’allégations trompeuses.

Pour prévenir ses utilisateurs, le géant des réseaux sociaux va mettre en place un système similaire au signalement d’images à caractère explicite. Un message d’avertissement s’affichera avant le tweet indiquant que ce dernier a enfreint les règles de Twitter concernant la propagation de fausses informations. L’utilisateur aura quand même la possibilité de lire le tweet en cliquant sur un bouton pour y accéder. Les retweets, les likes et les commentaires seront désactivés afin de ne pas pouvoir le partager. De plus, ces publications ne seront pas mises en valeur par l’algorithme.

Quel genre de contenu est concerné ?

Pour décider quel tweet enfreint sa nouvelle politique, Twitter va vérifier les informations à l’aide de sources crédibles et publiques telles que des groupes de surveillance des conflits, des organisations humanitaires, de personnes menant des enquêtes à partir de sources publiques sur Internet, de journalistes, etc.

Dans un article de blog, Yoel Roth, responsable de la sécurité et de l’intégrité du réseau social, explique que « la modération de contenus est bien plus que de juste choisir entre laisser un contenu en ligne ou le retirer. Nous avons élargi notre champ d’action que nous pouvons prendre afin de nous assurer que les mesures soient proportionnelles à la gravité du préjudice potentiel ».

Twitter liste les différents cas de figure selon lesquels un tweet pourrait être considéré comme trompeur :

  • S’il présente une fausse couverture ou un faux compte rendu d’un événement, ou s’il donne des informations qui décrivent mal les conditions sur le terrain au fur et à mesure que le conflit évolue ;
  • S’il publie de fausses allégations concernant le recours à la force, les incursions dans la souveraineté territoriale, ou autour de l’utilisation d’armes ;
  • S’il publie de fausses allégations de crimes de guerre ou d’atrocités de masse contre des populations spécifiques ;
  • S’il publie de fausses informations concernant la réponse de la communauté internationale, les sanctions, les actions défensives ou les opérations humanitaires.

Pour le moment, seuls les comptes considérés comme suffisamment importants pour influencer une grande communauté seront ciblés par la nouvelle politique de Twitter.

Source: siecledigital.fr


Partager...
Ouvrir une discution
1
Besoin d'aide?
Salut
Pouvons - nous vous aider?
    Vous avez besoin d'une agence ?

Cliquez pour appeler

This is default text for notification bar
Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
J'accepte
je ne suis pas d'accord